Qui suis-je?

La petite Sylvie Chatelain est née le 17 mars 1952 à Lyon. Première née du foyer, elle fut bientôt rejointe par une sœur (1954), un premier frère (1956), puis un deuxième (1960).

Elle fut une petite fille tranquille, un peu secrète quoique bavarde, puis  à l’école maternelle et primaire, une bonne élève, studieuse et sérieuse.

Sylvie

Reprenons la première personne pour continuer mon histoire. J’apprenais avec facilité un peu  dans tous les domaines : les maths m’intéressaient autant que le français, j’avalais les sciences nat, l’histoire-géo et la physique, mais je bloquais « grave » sur les matières artistiques et l’éducation physique, et je ne parle même pas des « Travaux manuels éducatifs », pour lesquels l’opinion du professeur correspondait parfaitement à celle de mon père : « Pas fichue de faire quelque chose de ses dix doigts … ».

Mes années de collège et de lycée m’amenèrent sans heurts (enfin, si, il y en eut un, et de taille : mai 68, mais cela ne perturba pas mon cursus scolaire) au baccalauréat littéraire. Je lisais beaucoup, j’inventais pour moi des histoires et, à partir de l’adolescence, écrivais un journal qui tenait souvent plus du défouloir que de l’œuvre littéraire.

Le bac passé, vinrent les études en fac et le concours du professorat, CAPES de lettres classiques.

Dans la même période, je contractais mariage avec Luc Mariaux,  deuxième contributeur et administrateur de ce site.

Diplôme en poche, je partis enseigner en collège.

Ce fut d’abord, à Panissières, dans la Loire, où, en enseignant la grammaire à mes élèves, je voyais par la fenêtre les vaches dans leur pré qui semblaient m’approuver.

Puis je rejoignis un poste à Caluire, juste après la naissance de ma fille, en 1980. Son frère naquit en 1986.

L’enseignement littéraire ne me suffisait pas, je regrettais de ne pouvoir aussi me lancer dans des activités à caractère plus scientifique. C’est alors que me vint l’idée saugrenue d’apprendre à programmer un ordinateur, histoire de comprendre ce que racontaient mon mari et ses collègues lors de soirées (un peu) arrosées et (beaucoup) enfumées, dans lesquelles il était question de PDP6, PDP11, Fortran, Cobol et autres joyeusetés.

Ceci se passait autrefois, dans les années 70. Donc je commençai à programmer en … Fortran, puis en Basic et de proche en proche passai par le Pascal pour arriver un jour à Perl et MySQL.

Mais surtout je me mis à songer à ce qu’on pourrait faire de tout ça dans un collège et dès 1982 me retrouvai dans le cycle des stages Educ’ Nat’.

Vers 1990, les réseaux locaux d’établissements firent leur apparition, et je devins administratrice de celui de mon collège.

Et en 1995, je sautai le pas : adieu le collège, j’intégrai le centre académique de ressources , en charge du raccordement des établissements scolaires et écoles  à l’Internet et de ce que l’on appelait alors « l’Internet pédagogique ».

Cela dura une dizaine d’années, puis je me tournai vers la formation ouverte et à distance et la formation tout au long de la vie.

À partir de 2013 : « admise à faire valoir mes droits à la retraite », j’en profite : temps libre, lecture, activités sportives, voyages, généalogie et « éducation » de mes trois petits-enfants ; j’exerce à leur profit mes compétences pédagogiques dans deux domaines principalement :

– leur enseigner à « se déplacer horizontalement dans un espace aquatique standardisé », donc à barboter dans la piscine de façon autonome sans risquer la noyade,

– et leur apprendre à faire des bêtises.

Voilà, ce n’est qu’un résumé. Plusieurs pages développeront certains de ces sujets, au fur et à mesure que l’inspiration me fera écrire.

Sylvie Chatelain Mariaux Mentions légales